L’habitat aquatique de la Rivière Kouchibouguacis

Ce projet, financé par le Fonds de Fiducie de la Faune du Nouveau Brunswick, nous a permis de faire l’inventaire d’habitats (sur un total de 42 sites) sur deux sections pour déterminer divers aspects environnementaux; une section débute à environ 5 KM en aval du Pont couvert situé à Cameron’s Mill pour terminer au pont de ciment situé à St-Ignace (Chemin Gérasmine) et une autre section à partir du pont couvert  en allant vers l’amont pour une distance d’environ 1.2 KM.

Les résultats conclus de l’inventaire d’habitat  de la section d’environ 5 KM en aval du Pont couvert situé à Cameron’s Mill jusqu’au pont de ciment situé à St-Ignace illustrent : une moyenne de la largeur mouillée  a été estimé à 22.7 mètres, la largeur moyenne à plein bord du cours d’eau a été estimé à 26.2 mètres, la profondeur moyenne à plein bord du cours d’eau a été estimé à 40.9 centimètres,  la profondeur moyenne du courant humide a été estimé à 30.7 centimètres.  Les moyennes des types d’habitat (estimés visuellement) de la section total inventoriée ont été calculées comme suit : seuil 19%, plats 63%, fosse 16.5%, 0% et autre 1.5%.

Les résultats suivants  proviennent de la section d’inventaire situé du Pont couvert situé à Cameron’s Mill en allant vers l’amont.  La moyenne de la largeur mouillée a été estimé à 18.95 mètres, la largeur moyenne à plein bord du cours d’eau a été estimé à 24.57 mètres, la profondeur moyenne à plein bord du cours d’eau a été estimé à 53.64 centimètres, la profondeur moyenne du courant humide a été estimé à 51.54 centimètres. Les moyennes des types d’habitat (estimés visuellement) de la section totale inventoriée ont été calculées comme suit : seuil 9.29%, plats 51.79%, fosse 38.21%, et autre 0.71%.

Grâce à cet inventaire, on a pu déterminer la présence de différentes sources de pollution potentielles en effectuant un inventaire des sources ponctuelles et diffuses de pollution dans la zone tampon (en-dedans de 30 mètre perpendiculaire des berges). Des observations ciblant des problèmes environnementaux potentiels constatés comme attributs de passages d’un cours d’eau (eg. accès de bétail, véhicule tout terrain), des sources ponctuelles (eg. présence d’érosion, déchets, fossés menant au cour d’eau), sources non-ponctuelles (eg. pratiques agricoles, forestières, résidentielles), attributs composant des modifications au cour d’eau (eg. pont muni de butées, ponceau, barrage artificiel, enlèvement d’arbres dans la zone tampon), des indicateurs d’une détérioration possible de la qualité de l’eau (abondance de plantes aquatiques, odeur, substrat encastré), la clarté de l’eau et la couleur de l’eau.  Des observations pertinentes ont aussi été notées: la présence de plantes ou d’animaux peu communs (oiseau, mammifère et plante), l’utilisation culturelle (eg. lieu esthétique, cimetière), les utilisations récréatives (pêche à la ligne, chalet, rampe de mise à l’eau), diverses géomorphologies et autres caractéristiques dans un cour d’eau naturel (eg. digue de castor, source d’eau souterraine, débris de bois).

Le volet éducation inclus dans ce projet nous a permis d’offrir des présentations magistrales et des sorties éducatives avec les étudiants de l’école Mgr. Marcel-François Richard de Saint-Louis-de-Kent et avec les étudiants de l’École Secondaire Assomption de Rogersville. Ces activités scolaires ont donné l’opportunité aux étudiants d’utiliser de façon appropriée les divers outils et techniques d’horticulture afin de produire des arbustes (indigène de la région) qui seront éventuellement utilisés envers la restauration de berges et zones riveraines. Les étudiants ont aussi eu l’opportunité des faire leur propre inventaire d’habitats aquatiques tout en apprenant leur rôle et importance. Ce projet nous a aussi permis d’offrir des sessions de kiosks afin d’informer les habitants comment utiliser l'environnement de façons responsables, afin de le conservant pour les générations futures. Visitez la page « Amélioration de l’Habitat aquatiques, Parlons Ruisseaux » pour vous informer d’avantage sur l’importance des habitats aquatiques!